Les derniers Romans chroniqués




mardi 2 août 2011

[Chronique] Hell de Lolita Pille



Parution le 7 janvier 2004
chez Livre de poche
Éditeur d'origine: Grasset 
156pages - 5.10 E
One Shot



" Je suis une pétasse. Je suis un pur produit de la Think Pink génération, mon credo : sois belle et consomme. "
Hell a dix-huit ans, vit à Paris Ouest se défonce à la coke, est griffée de là tête aux pieds, ne fréquente que des filles et des fils de, dépense chaque semaine l'équivalent de votre revenu mensuel, fait l'amour comme vous faites vos courses. Sans oublier l'essentiel : elle vous méprise profondément...
Jusqu'au soir où elle tombe amoureuse d'Andréa, son double masculin, séducteur comme elle, et comme elle désabusé. Ensemble, coupés du monde, dans un corps à corps passionnel, ils s'affranchissent du malaise qu'ils partagent. Mais les démons sont toujours là, qui veillent dans la nuit blanche de ces chasseurs du plaisir.










« Je suis une pétasse…mon credo : sois belle et consomme ». Bienvenue dans le monde de la jeune bourgeoisie parisienne ou mode de vie rime avec drogue, sexe et alcool. Hell est une de ses gosses de riches qui passent leurs temps à faire les boutiques, jaser avec les copines et se défoncer toute la journée. 

Des le premier chapitre, l’héroïne nous insupporte,  sa façon de parler, de dénigrer  les pauvres!  Tout ce que t’as envie de lui dire, c’est : « Écoute ma grande, tu es riche, belle, tu peux avoir ce que tu veux dans la vie, mais tout ce que tu fais c’est te shooter ! Alors arrête d’être stupide et de foutre ta vie en l’air! »  On ne peut que la détester.  

Puis elle rencontre Andréa, riche et  beau lui aussi mais autant défoncé et torturé qu’elle et la… sa vie change ! Ensemble, ils essayent de se couper de ce monde auquel ils appartiennent depuis si longtemps…  On commence alors à l’apprécier, a se dire qu’elle n’est pas si stupide, que parfois l’argent aide à nettoyer les blessures mais que l’amour peut être plus fort! On s’attache à leur histoire…  mais rien n’est simple dans la vie surtout avec un passé aussi trash! La morale bien évidemment: L'argent ne fais pas le bonheur.

Ce livre m’a littéralement envouté, je n’ai pu m’arrêter de le lire qu’une fois terminé. Le passage d’Andréa m’a émue, sa relation avec Hell est magnifique et a la fois tragique et honnêtement à l’heure ou j’écris ses lignes, la fin me bouleverse encore.



3 commentaires:

  1. Merci pour cette critique, jolie découverte, bises !!

    RépondreSupprimer
  2. Oh Andrea ... Que je suis complètement sous ton charme. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est trop tard...il a deja signé avec moi :p ^^

      Supprimer

Merci de votre commentaire, j'essayerais de répondre a tous le monde!