Les derniers Romans chroniqués




jeudi 5 juillet 2012

[Chronique] La déclaration, tome 1: L'histoire d'Anna





Parution en septembre 2007
chez Naive
300 pages - Indisponible
Série Terminée en 3 tomes




Angleterre, 2140.
Les adultes peuvent choisir de ne plus mourir s'ils renoncent à faire des enfants. Anna vit depuis presque toujours au Foyer de Grange Hall un pensionnat pour les Surplus, des enfants qui n'auraient pas dû naître, des enfants dont les parents ont défié la loi en les mettant au monde. Anna n'a plus de parents désormais. Confinée dans l'enceinte du pensionnat, elle travaille très dur, pour effacer leur faute. Anna a tout oublié de son passé. Jusqu'au jour où arrive un jeune garçon qui semble la connaître. Mais qui est ce Peter ? Pourquoi ne la laisse-t-il pas tranquille ? Et pourquoi elle, Anna, se sent-elle soudain si troublée ?
 












Ce livre est ma toute première dystopie. Mais certains vont me dire qu'est ce que la dystopie? Selon Wikipédia, c'est est un récit de fiction peignant une société imaginaire organisée de telle façon qu'elle empêche ses membres d'atteindre le bonheur et contre l'avènement de laquelle l'auteur entend mettre en garde le lecteur. La dystopie s'oppose à l'utopie : au lieu de présenter un monde parfait, la dystopie en propose un des pires qui soient. Et effectivement, l’œuvre de Gemma Malley est loin de se situé dans le meilleur des mondes...

Nous sommes dans l’Angleterre de l'année 2140. De nos jours, les scientifiques ont trouvé une pilule capable de nous donner l'immortalité ou plutôt la longévité. Cependant les ressources de la planète ne sont pas inépuisables, c'est pourquoi la déclaration est mise en place. Toute personne qui signe la déclaration s'engage à ne pas avoir d'enfant, s'ils refusent c'est une vie pour une vie. Les adultes ne respectant pas cette loi sont jetés en prison et leurs enfants, appelés Surplus, tués ou s'ils sont rattrapés par des rabatteurs, emprisonnés dans un foyer où ils seront éduqué, endoctrinés en attendant d'être prêt a servir les légaux. Anna est une Surplus et vie dans le foyer de Grange Hall qui est sous la surveillance de Mrs Pincent. C'est maintenant un bon élément et dans 6 mois, elle sera prête à travailler pour un légal afin de rembourser l'erreur d'avoir été mise au monde par ses parents. Cependant l'arrivée au pensionnat d'un nouveau surplus: Peter, va bouleverser sa vie. En effet, celui-ci déclare connaitre ses parents et être venu la chercher pour l'emmener avec lui dans un monde qu'Anna ne connaît pas: l’extérieur.

Cette histoire me fait un peu peur car de nos jours les progrès de la médecine évoluent si vite que cette situation pourrait arriver plus vite que l'on ne croit. Je ne parle pas forcement de l'immortalité mais plutôt de cette rallonge de vie qui fait que la terre se retrouve beaucoup trop peuplée par rapport à ses ressources. 

En signant cette déclaration, les gens montrent à quel point ils sont égoïstes et superficielles. Comment ne pas être consterné quand on voit que durant toute l'histoire, on nous rabâche que les surplus ne méritent pas de vivre, que ce sont des erreurs de la vie et le pire: qu'ils doivent se faire pardonner d'être né.... heureusement pour nous, ils existent des personnes comme Peter et le réseau souterrain auquel les parents d'Anna appartiennent qui pensent que la longévité va a l'encontre de la nature car en effet, comme le dit si bien l'auteur: toute vie a une fin que ce soit les plantes, les animaux ou nous humains!

Au départ, j'avais peur que ce livre soit un peu trop jeunesse voir même un peu ennuyeux, or j'ai pris un réel plaisir à le lire. L'histoire s'enchaine bien mise à part quelques passages que je trouve un peu long (notamment concernant Grange-hall) et les personnages mêmes secondaires trouvent leur place dans l'histoire. La rédaction du journal d'Anna donne un petit coté secret et énigmatique en plus. La peur que les pensées les plus intimes de celle-ci soient dévoilées à Mrs Pincent ou aux autres pensionnaires se fait ressentir même chez le lecteur car au foyer, il est interdit de penser et encore moins d'écrire car c'est un luxe et les surplus ne doivent se contenter que du minimum. A mon grand plaisir, la relation Peter et Anna n'est pas devenue niaise comme dans beaucoup de livre. Ils sont adorables, touchants et l'auteur a su éviter le coté grand déversement de sentiments des livres jeunesses.

En conclusion, je remercie Dahlia d'avoir fait voyager ce livre qui a été une très bonne surprise pour moi. J'ai autant apprécié l'histoire que les personnages et j'ai hâte de les retrouver dans les deux prochains tomes car oui, malgré une fin plausible, c'est une trilogie.




2 commentaires:

  1. Je pensez l’acheter mais quand j'ai vue qu'il était a la biblio j'ai laissée tomber, mais je l'ai toujours pas emprunter XD
    J'ai encore plus envie de le lire maintenant, allez c'est sur la prochaine que j'y vais je l'emprunte ^^

    RépondreSupprimer
  2. J'ai lu cette trilogie et j'ai aussi lu Sentiment 26... Et j'ai adoré !!!!

    RépondreSupprimer

Merci de votre commentaire, j'essayerais de répondre a tous le monde!