Les derniers Romans chroniqués




vendredi 9 janvier 2015

[Chronique] L'éveil des Macchabs, tome 1






Parution le 10 avril 2014
chez Bayard jeunesse
522 pages - 14.90  E
Collection: Jeunesse
Série Terminée en 5 tomes




" William Ritter, 12 ans, mène une vie normale. Jusqu'au jour où il s'aperçoit que son voisin, pourtant bien vivant, a l'aspect d'un cadavre : les yeux hors des orbites, la peau en putréfaction... Horrifié, Will se précipite au collège, où le même phénomène se reproduit : un certain nombre de professeurs sont devenus des macchabées, eux aussi ! Le garçon, terrifié, est vite repéré par ces espèces de zombies, que personne d'autre que lui ne semble voir. Personne, sauf Helen, une camarade de classe, qui lui sauve la vie et l'entraîne dans une fuite éperdue à travers les rues de Philadelphie. Pour Will, le cauchemar ne fait que commencer..."
 







Pourquoi ce livre?
En partenariat avec Bayard Jeunesse depuis le début de mon blog, je ne pouvais passer à côté de ce roman qui rien qu'à la couverture me donnait envie. Pourtant, certains d'entre vous savent qu'en général je boycotte assez facilement les histoires avec les vampires ou les zombies mais pour une fois j'ai voulu faire un effort et je ne suis pas déçue.


De quoi parle t-il?
Will mène une vie tranquille dans la banlieue de San Francisco jusqu'au jour ou en partant à l’école comme d'habitude, son voisin, son professeur et même son proviseur ressemblent plus à des morceaux de chair purulents qu'a des êtres humains. Remarqué par cette nouvelle espèces et totalement perdu, il sera sauvé par Hélène, une fille de sa classe qui l'aidera a traversé la ville afin de rejoindre "les fossoyeurs", ces autres enfants qui comme lui sont des clairvoyants et ont le pouvoir de voir ces créatures. Pour Will commence un combat auquel il ne s'attendait pas d'autant plus que son propre père fait partie de cette lutte...


Que penser de l'histoire?
Au départ, j'avais un peu peur de commencer ce livre car comme dit déjà plus haut, c'est une histoire de zombies mais qui en plus fais plus de 500 pages. Autant vous dire que j'ai dû grandement  me motiver pour le commencer. Par chance, l'auteur nous emmène directement dans la quatrième de couverture et l'histoire commence avec panache et suspense dès les premières pages, pas le temps de s'ennuyer et cela continue tout le long du roman ce qui est fort appréciable.

L'auteur a une plume très agréable et surtout très visuel. En effet, grâce à cette écriture et ce style, il est facile d'imaginer l'histoire telle qu'on pourrait le voir au cinéma. Notre imagination est mise à rude épreuve tellement les descriptions des personnages et le détail des actions sont importantes. 

L'histoire en elle-même est originale et c'est peut-être ce qui m'a fait aimer ces zombies. Pour moi l'image du mort-vivants, c'est le vieux corps tout mou et tout lent qui n'a pas un gramme de cervelle or l'auteur a su faire de ses créatures un modèle 2.0 de zombies. Ils sont forts, même très forts, intelligent et n'hésitent pas à mettre en place des plans pour le moins machiavéliques pour tenter de contrer nos fossoyeurs. De même l'énigme du père de Will est un des aspects sur lequel je me questionne le plus et dont j'ai hâte d'en savoir plus.


Que dire des personnages?
La plupart des fossoyeurs sont jeunes, leurs âges se situent entre 10 et 18 ans, car évidemment seuls les enfants ont le pouvoir de clairvoyance. Certains s’éveillent plus vite que d'autres et doivent alors oublier qu'ils sont des enfants et apprendre à réagir vite et bien, tels des adultes. La plupart sont perdues, déstabilisés mais font preuve d'un grand courage et d'une grande volonté pour survivre ce qui pour moi est aussi un point négatif car même si leur sensibilité me touche, il est clair qu'en réalité beaucoup d'enfants ne réagiraient pas avec autant d'assurance.

Will fais partie de ces enfants courageux qui affronte leur peur. Normal c'est le héros, il nous aurait mis un héros tout faible et tout trouillard, l'histoire ne serait pas la même et se terminerait beaucoup plus vite. Cependant, je n'apprécie pas sa manière de foncer sans réfléchir aux conséquences. Il fait certes avancer les choses mais ne se rends pas compte que si certains de ses amis n'assurerait pas ses arrières, il aurait déjà mis en péril la survie des fossoyeurs... Espérons donc qu'il murisse un peu dans le second tome. 

Helen son amie de classe ainsi que Tom et Sharyn, les deux chefs des fossoyeurs sont trois personnages que j’apprécie énormément, peut-être même plus que le héros lui-même. Le système qu'ils ont mis en place pour organiser mais surtout gérer tous ce petit monde est tout simplement passionnant et intelligent mais je vous laisserai le découvrir vous-même.


En conclusion?
Comme quoi il est possible de mêler plaisir de lire et zombies, ce qui pour moi était jusque-là impossible. J'ai eu une excellente surprise avec ce roman qui mêle avec succès aventure, suspense et émotions. Un roman que je conseille aux jeunes ados et dont j'ai hâte de découvrir la suite.

Je remercie Dorothée des éditions Bayard Jeunesse pour l'envoie de ce livre.



Extrait du livre

" Ma vie bascula du tout au tout un mercredi matin ensoleillé du mois d'octobre quand je découvris que mon voisin était un mort vivant.
La journée avait pourtant débuté on ne peut plus normalement; ma mère me harcelait pour que j'enfile mes vêtements, et ma soeur Emily, 5 ans, pleurait parce que le câble était en panne et qu'elle ne pouvait donc pas regarder Dora l'exploratrice. Moi, j'était dans la salle de bain, à essayer de plaquer contre mon crâne cette mèche rebelle qui s'obstinait à s'y dresser.
Mon nom complet est William Karl Ritter mais tout le monde m'appelle Will. J'ai douze ans et il serais difficile d'être plus "dans la moyenne"; Je ne suis ni maigre ni gros, je ne suis pas particulièrement grand mais pas petit non plus. Et si je ne suis pas moche comme un pou, on ne peut pas dire que je sois très beau. Ce qui me singularise, en fait, c'est que je suis roux. Le teint pâle et les yeux verts de ma mère, et les tâches de rousseur et les cheveux poils-de-carottes de mon père qui
qualifiait toujours cette tignasse d'héritage familial. Il prétendait en effet que le premier Ritter à avoir mis le pied sur le sol Américain avait déjà les cheveux roux, caractéristique qui s'était ensuite transmise de génération en génération. Si cette histoire est avérée, c'est quand même un étrange héritage! Qui à déjà entendu parler d'un Allemand aux cheveux roux, hein? J'ai toujours détesté être roux et c'est toujours le cas aujourd'hui. Enfin, plus ou moins... "





5 commentaires:

  1. J'aimerais beaucoup découvrir ce livre, je pense qu'il pourrait me plaire =)
    Merci pour ta chronique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vu tes gouts littéraires... je pense également qu'il te plairait beaucoup XD

      Supprimer
    2. SI je le trouve d'occaz je n'hésiterai pas alors =)

      Supprimer
  2. Rhôoo moi qui adore les zombies, tu me fais envie là !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah fais toi plaisir^^ Il est vraiment pas mal ;)

      Supprimer

Merci de votre commentaire, j'essayerais de répondre a tous le monde!