Les derniers Romans chroniqués




vendredi 17 mars 2017

[Chronique] L'étrangleur de Cater Street





Parution en aout 2002
chez 10/18
Collection: Grand Détectives
  382 pages - 7.50 E
Saga en cours




Suffragette avant l'heure, l'indomptable Charlotte Ellison contrarie les codes et manières victoriens et refuse de se laisser prendre aux badinages des jeunes filles de bonne famille et au rituel du tea o'clock. Revendiquant son droit à la curiosité, elle parcourt avec intérêt les colonnes interdites des journaux dans lesquels s'étalent les faits divers les plus sordides. Aussi bien le Londres des années 1880 n'a-t-il rien à envier à notre fin de siècle : le danger est partout au coin de la rue et les femmes en sont souvent la proie. Dans cette nouvelle série « victorienne », la téméraire Charlotte n'hésite pas à se lancer dans les enquêtes les plus périlleuses pour venir au secours du très séduisant inspecteur Thomas Pitt de Scotland Yard.







Pourquoi ce livre ?
Cela faisait un moment que les livres d'Anne Perry me faisaient de l’œil à travers la vitrine d'une librairie. A la faveur d'une impulsion d'achats livresques, j'ai sauté le pas et j'ai choisi le premier de la série, l’Étrangleur de Cater Street.

De quoi parle-t-il ?
Charlotte Ellison, 17 ans, est une jeune fille de bonne famille, dont le passe-temps favori est de se comporter de façon impertinente, au grand dam de ses parents. L'arrivée d'un inspecteur de police, Thomas Pritt, venu enquêter sur un meurtre, va bouleverser la vie de Charlotte.

Que penser de l'histoire et des personnages ?
Ce roman policier m'a profondément agacée. En effet, le synopsis présentait Charlotte comme une sorte de Nicholas Le Floch en jupon alors qu'il n'en est rien : j'ai passé les cent premières pages à me demander quand cette demoiselle allait enfin se mettre à enquêter !!!
Nonobstant ce travers, j'ai trouvé que ce roman était intéressant par sa satire de l'époque victorienne. L'auteure s'attache à détruire petit à petit les croyances et les préjugés de tout ce petit monde. Dans une première partie, les personnages nous décrivent leurs habitudes, leur vie quotidienne et nous livrent leurs pensées toutes guindées de convenances. Les jeunes femmes sont attachées à faire un beau mariage, les parents à ce qu'elles fassent honneur à la famille et les jeunes hommes à convoiter les premières. La deuxième partie du livre dévoile la fausseté de cette société, dans laquelle la bienséance ne sert qu'à une seule chose : cacher la tromperie, le dévoiement et la trahison. La troisième partie est THE diapason dans la décrépitude ; je n'en dis pas plus...


En conclusion ?
J'ai mis un seul cœur car mon côté amateur de romans policiers historiques s'érige contre ces personnages qui enquêtent tout en n 'enquêtant pas et tout en ne sachant pas qu'ils enquêtent (arg !!). Cependant, comme c'est le premier livre de la série, je subodore que Charlotte va gagner en assurance et va, comment dire, "élargir ses compétences au côté du bel inspecteur..."


Extrait du livre

"Une femme seule est soumise aux tentations de la chair, sujette à la frivolité. Elle peut s'adonner à des divertissements dont l'aspect superficiel pervertit la nature. Une femme de bien s'occupe de sa maison."







2 commentaires:

  1. Malgré ton avis mitigé, je serai curieuse de lire une fois Anne Perry :)

    RépondreSupprimer
  2. tu nous diras ce que tu en penses !!

    RépondreSupprimer

Merci de votre commentaire, j'essayerais de répondre a tous le monde!