Les derniers Romans chroniqués




mardi 2 mai 2017

[Chronique] Autopsie Tome 1 : Whitechapel





Parution le 18 janvier 2017
chez Milan
341 pages - 15.90 E
Série en cours




1888, quartier Est de Londres. Depuis quelque temps, des meurtres sanglants et horribles touchent les femmes de petite vertu de Whitechapel. Une jeune femme, de bonne famille, en avance sur son temps, enquête au côté de son oncle, médecin légiste.








De quoi parle-t-il ?
Audrey Rose est une jeune fille de la haute société qui, décidée à montrer ce qu'elle vaut, suit les cours de son oncle pour devenir médecin légiste. Le destin lui permet de révéler ses talents, lors de l'affaire de Jack l'Eventreur.


Que penser de l'histoire et des personnages ?

Inutile de vous dire qu'au 19eme siècle, il n'était pas de bon ton qu'une femme passe son temps  à disséquer des cadavres et à arpenter les rues pour  retrouver un criminel ! Et pourtant, Audrey Rose ose le faire, avec la complicité de son frère et de son oncle, mais au grand dam de son père, Lord Wadsworth.

Malgré une écriture fluide, un personnage à l'humour décapant et à la détermination sans faille et même si la présentation de l'évolution de la médecine légale est intéressante, je ne suis pas parvenue à être emballée par cette histoire.

A mon sens, une énième histoire de Jack l’Éventreur dessert la saga, même si je suppose que l'auteur a voulu l'utiliser comme pierre d'achoppement afin d'expliquer le parcours du personnage principal.


En conclusion ?
J'avoue ne pas comprendre l'engouement pour ce roman. Cette incompréhension est peut-être due au fait qu'à la base, je ne fais pas partie du public visé. A suivre les autres tomes, qui permettront, je le souhaite, au fil du temps, de faire d'Audrey Rose, une enquêtrice hors pair.

Je remercie les éditions Milan pour m'avoir permis de lire ce livre.



Extrait du livre

"- Tu veux bien repousser ça à la semaine prochaine ? Quand même, j'aimerais savoir ce que vous faîtes, tonton Cadavre et toi, dans cette petite maison des horreurs. (Ses yeux scintillèrent). Je trouve inquiétant que tu voies tant de sang. Cela n'a rien de bon pour le caractère fragile d'une femme. 
- Ah ? Dans quel dictionnaire médical explique-t-on qu'une femme n'y résiste pas, dis-moi ? l'âme d'un homme est donc faite d'une autre matière ? J'ignorais que mes entrailles étaient en coton et les tiennes en acier trempé".






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de votre commentaire, j'essayerais de répondre a tous le monde!