Les derniers Romans chroniqués




vendredi 17 novembre 2017

[Chronique] La sélection, tome 5: La couronne





Parution le 12 mai 2016
chez Robert Laffont
Collection: R'
 333 pages - 16.90 E
Série terminée en 5 tomes




Sa mère à l'article de la mort, son père dévasté, il est temps pour la princesse Eadlyn de passer à la vitesse supérieure dans le processus de la Sélection. Encore novice aux jeux de l'amour et du pouvoir, détestée par une partie de l'opinion publique, elle doit pourtant choisir au plus vite son Élite de six prétendants. Devenir femme, épouse et reine en l'espace de quelques semaines, telle est la lourde tâche qui repose sur les épaules de la princesse. Mais le cœur peut se révéler un précieux allié, pour qui sait l'écouter...




Attention: Spoilers si vous n'avez pas lu les tomes précédents.





Pourquoi ce livre?
Ce dernier tome de la saga "La sélection" m'a été offert par Camille, une de mes amies clermontoises, lors de mon avant dernier anniversaire en octobre 2016 et traine depuis ce jour dans ma bibliothèque. J'ai relu le tome 4 à la rentrée afin de me replonger dans l'histoire et d'achever cette série que j'ai commencé il y a maintenant presque trois ans!


De quoi parle t-il?
Nous retrouvons Eadlyn, notre chère princesse en plein milieu de sa sélection et de tous ses prétendants. Une sélection dont elle ne voulait pas mais auquel elle finit par s'habituer et même à apprécier. A la fin du quatrième tome, l'auteur nous avait laissé sur un énorme cliffhanger qui nous retenait en haleine. America; héroïne de la première trilogie et mère d'Eadlyn est à l'article de la mort et la sélection est interrompue. Comment gérer la situation? America va-t-elle mourir? Maxon va-t-il tenir le coup? Quelle sera la réaction du peuple? Beaucoup de questions dont ce dernier tome nous donne les réponses...


Que penser de l'histoire et des personnages?
Depuis le début, je suis totalement subjugué par cette saga qui m'a à de nombreuses fois fait réagir et tourner la tête. J'ai souvent eu l'impression de faire partie de la vie au palais du royaume d'Illéa et de connaitre les petits secrets de tous ses personnages. Je me suis attaché à eux, ai souvent contredit leur décision même si oui ce n'est qu'un livre et je ne pouvais rien faire mais je me sentais réellement intégré dans l'histoire. Puis, America est devenue malade... et là je me suis rendue compte que je n'étais pas accroché à l'histoire d'Eadlyn tant que cela.

Loin de n'avoir pas du tout aimé cette sélection car j'ai tout de même tourné les pages de ce roman à une vitesse fulgurante mais pas forcément pour les bonnes raisons. Ce qui m’importait c'était de connaitre le fin mot de l'histoire mais surtout pour Maxon et America. Je n'appréciais déjà pas leur fille dans le tome précédent et mon avis sur son personnage ne s'est que renforcé dans ce dernier volet. Eadlyn a "gâcher" mon histoire même si son comportement s'est grandement amélioré, je n'arrivais pas à l'appréciais comme il se doit et ne pensais qu'aux gens qui l'entouraient! J'en ai même espérait que Kyle, le fils des Woodwork qui est mon personnage préféré soit au plus vite éliminé pour ne pas vivre avec cette princesse exigeante.

Concernant l'histoire en elle-même, elle reste fidèle aux tomes précédents, des rencontres, des rapprochements, de nouveaux amis et ennemis, des prétendants que l'on finit par apprécier de plus en plus et qu'il est difficile de départager tant ils commencent à nous étonner par leurs capacités d'adaptation. J'ai adoré le choix de l’Elite d'Eadlyn même si les sélectionnés choisis étaient prévisible. Puis, en dehors de la compétition, de petites histoires qui se construisent et se détruisent afin d'alimenter le roman. Toujours le même modèle certes, mais qui reste toujours aussi efficace. On apprécie suivre les péripéties de tous les personnages peu importe l'importance de leur participation dans l'histoire et suivre leur évolution. Je pense notamment à Josie, la sœur de Kyle ou même de Hale que j'ai toujours adoré ou de Lady Brice.

Je me suis laissé surprendre par certaines décisions de l'auteur et j'ai apprécié justement ne pas avoir réussi à deviner certains éléments, cela prouve que je me laisse encore trop influencer par les faits écrits et que je réfléchis différemment. La fin et le choix d'Eadlyn ne m'ont pour autant pas étonné même si je ne le cautionne pas du tout mais cela reste parfaitement dans le thème et les valeurs de cette histoire, à savoir une monarchie qui se développe mais qui n'oublie pas cependant l'importance de son peuple. 


En conclusion?
Petite déception pour ce dernier tome du surtout à une héroïne que je ne porte pas du tout dans mon cœur. Je reste cependant plus que ravie d'avoir découvert et terminé cette saga qui pour moi est l'une des meilleurs que j'ai lu ces dernières années et que je ne peux que conseiller. Le royaume d'Illéa va me manquer...



Extrait du livre

" - Il s'agit d'une trahison, Votre Majesté.
- Il s'agit d'amour, monsieur.
Coodly frappa du poing sur la table.
- Personne ne vous prendra au sérieux si vous ne réagissez pas fermement.
Un silence suivit sa déclaration et toute l'assemblée se figea, tétanisée.
- Parfait, répliquai-je calmement. Vous êtes viré.
Coodly se mit à rire en regardant les autres membres du Conseil.
- Vous ne pouvez pas me virer, Votre Majesté.
Je penchai la tête en le fixant droit dans les yeux.
- Je peux vous assurer que si. C'est moi qui dirige et vous êtes facilement remplaçable.
Lady Brice pinça les lèvres dans un effort notable pour ne pas éclater de rire. J'avais en elle une alliée, aucun doute possible.
- Vous devez déclarer la guerre! insista Coodly.
- Non, répondis-je sans ciller. Une guerre ne ferait qu'ajouter une pression inutile à des circonstances déjà difficiles et provoquerait un bouleversement entre nos deux pays désormais liés par ce mariage. Nous ne nous battrons pas.
Coodly baissa le menton et plissa les yeux.
- N'êtes-vous pas un peu trop sensible dans cette histoire?
Je me levais, ma chaise raclant le sol.
- Je vais partir du principe que vous n'avez pas employé le mot "sensible" pour signifier que je me comporte un peu trop comme une femme. Parce que figurez-vous que oui, je suis sensible.
Je contournai la table sans le lâcher du regard.
- Ma mère est alitée et intubée, mon frère jumeau est sur un autre continent et mon père est à deux doigts de craquer.
Je m'arrêtais devant lui.
- Par-dessus le marché, je dois m'occuper de mes deux jeunes frères, diriger le pays et choisir lequel des six prétendants restants je veux épouser.
Coodly avala péniblement sa salive et j'en éprouvai de la satisfaction, mâtinée d'un soupçon de culpabilité.
- Alors, oui, je suis un peu sensible en ce moment. N'importe qui le serait à ma place. Quant à vous, monsieur, vous êtes un idiot. Comment osez-vous me forcer la main afin d'obtenir une guerre pour un motif aussi futile? Je vous rappelle que je suis la reine et que vous ne me contraindrez jamais à rien. "



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de votre commentaire, j'essayerais de répondre a tous le monde!