Les derniers Romans chroniqués




lundi 19 février 2018

[Chronique] L'effet Pygmalion





Parution le 24 janvier 2018
chez Bayard
 256 pages - 12.90 E
One Shot




Ned, 16 ans, petit génie solitaire, porte un exosquelette depuis l'enfance. Son domaine : l'intelligence artificielle. Lawrie, 50 ans, inventeur à la pointe de l'innovation technique, vit reclus dans sa tanière avec ses créatures. Sa spécialité : les robots. Après avoir lancé un défi à la communauté scientifique, Ned tente de convaincre Lawrie de s'associer à lui. Leur mission : créer un humanoïde si parfait que personne ne pourra le distinguer d'un être humain. Mais parfois, il suffit que l'amour s'en mêle pour que tout dérape...








Pourquoi ce livre ?
L'effet Pygmalion a attiré mon attention lorsque l'attaché de presse des éditions Bayard m'a envoyé le programme des parutions de début d'année. En effet, ce mélange de littérature jeunesse et de science-fiction a piqué ma curiosité et je me suis dit que cela pouvait être pas mal de le découvrir...


De quoi parle t-il ?
Ned 16 ans, n'est pas un adolescent comme les autres. Sa passion : la biotechnologie et plus particulièrement l'intelligence artificielle. Après une conférence pour le moins explosive sur le sujet, notre petit génie a mis au défie toute la communauté scientifique de réussir à créer un humanoïde si performant et parfait qu'il pourra se confondre aux être humains et cela en seulement un an. Avec l'aide du scientifique Greg Lawrie, spécialiste en robotique, il essayera de mener ce projet à bien pour prouver qu'il a raison, cependant tout ne se passe pas comme prévu... surtout quand les sentiments s'en mêlent.


Que penser de l'histoire ?
En commençant ce livre, j'avoue ne pas savoir ou j'allais réellement atterrir et cela encore plus après ma lecture des deux premiers chapitres relatant les échanges entre scientifiques de la communauté biotechnologique. Beaucoup de mots tels que "positronique", "notions d'hubris", "entrainement neuromimétrique" qui peuvent rendre la lecture pour le moins... intéressante mais perturbante. Puis les bases sont vites acquises et l'histoire commence sans perdre de temps.

Inutile de vous dire si nos deux protagonistes réussiront leur pari, pour cela il faudra lire ce livre, mais ce qui est sur c'est que l'auteur arrive par son histoire à nous faire poser les bonnes questions sur l'intelligence artificielle et ses limites. Quelles est le fossé entre cette dernière et l'intelligente naturelle ? Est-on réellement capable de créer un humanoïde qui pourrait avoir sa propre conscience et ressentir ses propres sentiments sans être suivi par un algorithme ou d'autres éléments scientifiques ?  Ce n'est pas qu'une théorie scientifique dont il est question mais aussi de capacité d'adaptation sociale. Même si de nos jours le domaine scientifique est en constante progression et évolution, la société d'aujourd'hui serait-elle prête pour cela ?

C'est ce que j'aime dans ce genre de roman, ce n'est qu'une fiction mais qui aborde des sujets diversifiés et intéressants sur des choses qui peuvent sembler a la fois irréaliste mais au final.. pas tant que cela. L'auteur a su intégrer à ces sujets sérieux toute une histoire qu'il est impossible de ne pas apprécier. Certains éléments sont prévisibles mais on se laisse happer par le rythme des événements et je ne voulais savoir qu'une chose : Vont-il réussir leur pari ?


Que dire des personnages ?
Ned nous apparait des le départ comme une personne persévérante, passionnée et investie dans ses recherches. En plus d'être intelligemment supérieur à la moyenne, notre héros est atteint d’ostéoporose ce qui ne l'aide guère dans ses relations avec les autres. Au plus grand malheur de ses parents, Ned se fixe lui même une barrière et s'enferme dans son associabilité. Ce n'est pas un ado ordinaire et son unique préoccupation est de gagner ce pari.

Greg son associé et collaborateur est pour le moins particulier... Alcoolique a ses heures perdues, il est le créateur des fameuses "poupées de plaisirs" et vit en leur compagnie dans une sombre monotonie. Cela dit, ce personnage grincheux est sacrement attachant et l'équipe qu'il forme avec Ned est particulièrement drôle. Ces deux hommes de génération différente sont tout deux remplis de solitude et de colère  mais vont unir leurs talents pour faire progresser la science et mettre en place la conception d'Eva, notre humanoïde.

Créée à l'image d'Audrey Hepburn, Eva est la perfection incarnée. Belle, intelligente, elle apprendra de ses créateurs à réagir par elle-même et à former sa propre personnalité mais ce qui est le plus intéressant c'est qu'elle bouleversera la vie de Ned et de Greg sans même qu'ils s'en rendent compte et qu'ils apprendront au final beaucoup plus qu'une expérience scientifique.


En conclusion ?
L'effet Pygmalion est un très bon roman jeunesse qui mérite d'être découvert et partagé. L'histoire est prenante, les personnages attachants et nous emmène à beaucoup de réflexion et de sagesse. J'ai lu ce livre d'une seule traite et je ne peux que le recommander.



Extrait du livre

" - Nous sommes encore au néolithique, en matière de biotechnologie. N'en déplaise à Melle Brandt, tout ça va encore évoluer. Et certainement plus vite qu'on ne le croit.
- Oui, mais un homme restera toujours un homme et une machine sera toujours une machine, le contra l'universitaire assis à l'autre bout de la table.
- Professeur, je vous donne rendez-vous ici l'année prochaine, à la même date. Un androïde sera dans le public, avec nous. Il pourra parler de la pluie et du beau temps, de politique, de philosophie, répondre à toutes les questions sans que personne soit en mesure de soupçonner sa véritable nature, j'en mets ma main à couper. Dans le pire des cas, on la remplacera par une prothèse. Au point où j'en suis... 
- Grotesque, pouffa le professeur. Votre imposteur ne tiendrait pas deux minutes. Un robot est-il capable d'abstraction ? D'humour ? Racontez-lui la blague absurde du fou qui repeint son plafond et s'accroche au pinceau... et vous verrez bien s'il va rigoler ou pas.
- Tres bien, sourit Ned. Je releve le défi.

Faulmeyer haussa les épaules.
- Si vous tenez à vous ridiculiser, jeune homme, c'est votre affaire.
Anita Brandt s'exclama :
- Je suis sidérée par ce que j'entends ! Nous avons devant nous des gens qui ont le culot de vouloir essayer de remplacer notre Créteur, le Tout-puissant, ni plus ni moins.
- Arrêtez ça ! s'énerva Lawrie. Avec de pareils arguments, il n'y aurait jamais eu de progrès, de siècle des Lumières, de révolution industrielle... "




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de votre commentaire, j'essayerais de répondre a tous le monde!