Les derniers Romans chroniqués




vendredi 13 avril 2018

[Chronique] La sorcière





Parution le 1 novembre 2017
chez Actes Sud
 704 pages - 24 E
Série en cours




Nea, une fillette de 4 ans, a disparu de la ferme isolée où elle habitait avec ses parents. Elle est retrouvée morte dans la forêt, à l’endroit précis où la petite Stella, même âge, qui habitait la même ferme, a été retrouvée assassinée trente ans plus tôt. Avec l’équipe du commissariat de Tanumshede, Patrik mène l’enquête, tandis qu’Erica prépare un livre sur l’affaire Stella. Sur la piste d’une très ancienne malédiction, les aventures passionnantes d’Erica et de Patrik continuent, pour le plus grand plaisir des lecteurs.








Pourquoi ce livre ?
Camilla Lackberg fait partie de ces auteurs dont les parutions de livre provoquent chez moi une irrémédiable frénésie d'achat. Heureusement, cette fois-ci, mon frère m'a sauvée en me l'offrant à Noël :)


De quoi parle-t-il ?
La saga met en récurrence un couple de personnages: Erica et Patrik Hedstrom. Ce dernier est un policier et Erica un écrivain à succès dont la base de ses livres sont les affaires non résolues. Cette fois-ci, Erica a décidé de dédier son prochain livre à l'affaire Stella, du nom d'une petite fille assassinée il y a des années alors que Patrik enquête sur l'assassinat de Néa, en tout point semblable à celui de Stella.


Que penser de l'histoire et des personnages ?
Ce livre est à la fois dérangeant, insoutenable et addictif. D'un côté, vous retrouvez le même schéma auquel on est habituée : l'univers des deux personnages principaux, avec les membres de leur famille et ceux du commissariat, soumis aux aléas de la vie mais unis et soudés devant les épreuves. Vous vous attendez aussi à ce que les enquêtes d'Erica et Patrik s'entremêlent pour ne faire plus qu'une.

Mais d'un autre côté, tout est différent... Non seulement passé et présent se rejoignent mais aussi notre actualité, en l’occurrence la guerre en Syrie qui s’immisce dans le récit, pour le rendre plus réel, plus effroyable. Vous êtes accrochée à ce livre car vous souhaitez coûte que coûte connaître les tenants et les aboutissants des meurtres, mais, en même temps, l'histoire est tellement dans le registre de la noirceur de l'âme humaine qu'à chaque évènement, vous souhaitez arrêter votre lecture et ne plus la reprendre.

A chaque chapitre, vous ne ressentez que peur, tristesse et horreur, entremêlées à de la joie et à de l'espoir. Ce tourbillon de sentiments vous empêche, à l'instar des enquêteurs, de voir ce qui est pourtant évident et visible à l’œil nu. Vous ne suivez plus une enquête policière, vous ne cherchez même plus à découvrir les indices que l'auteure a pu distiller dans sa narration, vous n'êtes qu'une liseuse d'âmes. Vous ne voulez pas savoir, vous ne voulez pas être entraînée par ces rafales mais vous n'avez pas le choix. C'est comme si vous ne pouviez plus penser mais que vous ne pouviez que ressentir, que découvrir ce qui est tapi au fond des hommes... Jusqu'à ce que vous sachiez tout.



En conclusion ?
Camilla Lackberg au plus haut de son art ! Elle excelle ici à dépeindre la part sombre que nous avons tous en nous. Pour moi, son meilleur roman. A lire absolument !



Extrait du livre

"On ne pouvait pas dire que cette scène était sinistre. Pas plus sinistre que si la fillette n'avait pas été dans l'eau. Le bruit de la forêt était toujours le même. La lumière filtrait à travers les arbres comme d'habitude à cette heure du jour. l'eau se mouvait de temps à autre par les petits ronds concentriques d'une libellule qui s'y posait. La métamorphose avait commencé et, peu à peu, elle ne ferait plus qu'un avec la forêt et l'eau. Si personne ne la trouvait, la nature suivrait son cours et l'assimilerait."




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de votre commentaire, j'essayerais de répondre a tous le monde!