Les derniers Romans chroniqués




lundi 2 avril 2018

[Chronique] Wonder Woman, Tome 1 : Warbringer





Parution le 6 septembre 2017
chez Éditions Bayard
  580 pages - 16.90 E
Série en cours




Un jour, elle sera la plus grande superhéroïne de tous les temps : Wonder Woman. Mais elle n’est encore que Diana, 17 ans, princesse des Amazones. Quand un bateau explose au large de son île, Diana porte secours à la jeune Alia, bravant ainsi l’interdiction faite aux Amazones d’accueillir des humains parmi elles. Et Diana pourrait le payer d’autant plus cher qu’Alia est une Warbringer : descendante d’Hélène de Troie, elle fait souffler partout un vent de discorde. Ensemble, de New York à la Grèce, les deux jeunes filles vont pourtant tenter de contrer la malédiction qui pèse sur Alia.








Pourquoi ce livre ?
Quand j'ai vu le catalogue proposé par les Éditions Bayard, j'ai tout de suite été interpellée par ce livre : "oh non ! pensais-je, encore une énième aventure de super-héros !!". En effet, même si j'adore l'univers de Marvel et de DC, je ne voyais pas du tout quel était l'intérêt d'écrire un roman sur Wonder Woman, dont la légende est connue de tous ! Malgré tout, j'ai tenté l'aventure, curieuse de savoir comment l'auteure allait s'en sortir.


De quoi parle-t-il ?
Ici, Diana est une jeune fille de 17 ans qui vit encore parmi les Amazones. Elle n'a pas encore tous ses pouvoirs et a du mal à trouver sa place parmi ses sœurs. Alors qu'elle participe à une course, notre héroïne fait fi des règles pour sauver Alia, une New-Yorkaise, de la noyade. Elle apprend alors que, sans le savoir, elle a mis le monde entier en danger et tente, par tous les moyens, de trouver une solution.


Que penser de l'histoire et des personnages ?
J'avoue ! L'auteure m'a eue ! J'ai adoré ! L'histoire en elle-même est surprenante, on ne s'attend pas du tout ni à ces personnages, ni à cette intrigue, ni à cette fin. Le décalage entre le comportement de Diana qui n'a jamais vécu avec des hommes et qui n'y connait rien en technologie et celui d'Alia est désopilant ! Par ce biais, Leigh Bardugo a eu le génie de démystifier la "légendaire" Diana, qui est supposée être l'archétype de la femme parfaite sur tous les plans. Le fait que Diana ne sache pas trop où elle en est, se sente différente des autres et soit l'objet de moqueries au début du livre en est la preuve.

Alia est différente de Diana : elle n'a pas de super pouvoirs physiques mais elle a une grande force de caractère et elle est prête à tout pour résoudre le problème, même si pour cela il faut qu'elle se sacrifie. Je l'ai préférée à  Diana, que j'ai trouvée trop "niaise". Malheureusement, je ne peux pas tout vous expliquer ; il vous faudra lire le livre pour connaître les autres raisons qui me font tant apprécier cette demoiselle :). Toujours est-il que ce tome délivre le message selon lequel tout le monde peut être un super héros/une super héroïne, même si on n'a pas de super pouvoirs ou si la société nous considère comme faible.


En conclusion ?
Une agréable surprise et un bon moment de lecture. Vivement la suite !!



Extrait du livre

"-On ne va pas escalader ça !
-Toi non. Moi si.
-Avec moi sur ton dos ?!
-tu es légère comme une plume. D'ailleurs, tu ne manquerais pas de calcium ?
-Mon taux de calcium se porte à merveille, merci.
-Tu n'es pas très musclée...
-Je fais passer mon esprit avant mon corps, se défendit Alia, un peu vexée.
-D'après les philosophes, l'un ne va pas sans l'autre.
-Ah ouais, tu leur as demandé ? Qu'ils disputent un match de handball avec les brutes de la Bennett Academy, tes philosophes, et on en reparlera.
[...]
Alia se résigna.
-On va faire ça à ta manière.
Diana hocha la tête d'un air satisfait. Alia la chevaucha et Diana l'empoigna par le creux des genoux et la secoua pour ajuster sa position comme un vulgaire sac à dos. Pour la dignité, on repasserait !"
-C'est part, Jolly Jumper !  plaisanta tristement Alia.
-Pardon ?
-Hue, dada ?"





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de votre commentaire, nous essayerons de répondre a tous le monde!