Les derniers Romans chroniqués




lundi 4 juin 2018

[Chronique] La dernière valse de Mathilda




Parution en fevrier 2005
chez L'Archipel
 567 pages - 22.34 E
One Shot



Dans la chaleur étouffante du bush australien, Mathilda, treize ans, fait ses adieux à sa mère. Quelques voisins sont rassemblés autour de la tombe, pour rendre un dernier hommage à cette femme courageuse. Un peu à l'écart, le père de Mathilda n'a qu'une hâte: que tout cela se termine afin qu'il puisse vendre le domaine de Churinga. Mathilda, elle, comprend que les choses ne seront jamais plus comme avant... Cinquante ans plus tard, Jenny découvre le journal intime de Mathilda. A mesure que progresse sa lecture, l'angoisse l'assaille... A-t-elle bien fait de venir s'installer à Churinga?
 











Pourquoi ce livre ?
Ce livre m’a été recommandé par l’une des membres du club de lecture auquel je participe chaque mois. Elle en a tellement bien parlé que je me suis laissé tenter !


De quoi parle t-il ?
Nous sommes projetés dans l’après-guerre au cœur du bush australien, afin de suivre les combats de Mathilda, des combats pour survivre chaque jour, que ce soit contre les éléments et contre les hommes. Jenny découvre la vie de cette femme au travers de journaux laissés dans une chambre. Cette dernière se remet à peine de la perte d’êtres chers, et cette lecture ne va pas la laisser indifférente.


Que penser de l'histoire ?
Vous l’avez peut être constaté dans mes précédentes chroniques, mais j’apprécie particulièrement lorsque l’on suit deux personnages sur deux époques différentes. J’aime les parallèles entre ses vies si différentes, que rien ne laissait présager qu’elles se croiseraient un jour.

Je me suis très rapidement accroché à la vie de Mathilda, qui est pleine de surprises et de rebondissements. L’histoire autour de Jenny est nettement plus prévisible (enfin presque). On s’attache aux personnages, et leur combats ne touchent, les injustices qu’elles subissent nous agacent, et on se réjouit de leurs petites victoires.

La description du bush, de la chaleur de l’Australie, et de la rudesse de la vie là-bas sont très bien retranscris, on voyage entre les lignes.

Le style d’écriture de l’auteur est très agréable, rendant la lecture fluide et rapide. C’est un très bon page turner : des personnages attachantes, une histoire bien ficelée, des lieux paradisiaques… en bref un bon moment de lecture en perspective.


En conclusion?
Ce livre dans l’esprit des grandes épopées familiales tel que L’Espace d’une vie de Barbara Taylor Bradford, ou Un amour de soie de Lindsay Chase, vous fera voyager dans le bush australien dans les pas de Mathilda, pionnière de son époque. Un vrai combat de femme !



Extrait du livre

" Churinga. Effleurant le feuillage des poivriers, le vent tiède murmurait ce nom. Churinga. Terre âpre, que les grands-parents de Mathilda avaient taillée dans le bush et le scrub. Aux yeux de la fillette, qui y était née, treize ans auparavant, ce lieu n'avait rien perdu de la magie, du mystère sacré de ses origines. Peu importait que les corps et les coeurs y fussent souvent mis à rude épreuve, Churinga représentait tout ce qu'elle avait jamais connu, tout ce qu'elle avait jamais désiré.
Alors que son regard se portait au-delà du cimetière familial, vers l'étendue sauvage, sa gorge se contracta. Elle ne devait surtout pas pleurer ; la dignité sans faille de sa mère, face à la maladie, le lui interdisait. Les larmes n'atténueraient en rien le sentiment d'abandon qui la submergeait. Son enfance venait de prendre fin. Devant elle se déroulait un chemin solitaire, déjà tracé dans l'austère immensité de ce domaine, dont la beauté primitive la retenait tout entière.  "

 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de votre commentaire, nous essayerons de répondre a tous le monde!