Les derniers Romans chroniqués




vendredi 28 septembre 2018

[Chronique] Reflex




Parution le 3 octobre 2013
chez Anne Carrière
 368 pages - 21.00 E
One Shot 



Iris Baudry est photographe de l'identité judiciaire. Disponible nuit et jour, elle est appelée sur des scènes de crime pour immortaliser les corps martyrisés des victimes. Iris est discrète, obsessionnelle, déterminée. Elle shoote en rafales des cadavres pour oublier celui de son fils, sauvagement assassiné onze ans auparavant. Mais une nouvelle affaire va la ramener au coeur de son cauchemar : dans cette ville maudite où son fils a disparu, là où son croque-mitaine de mère garde quelques hideux secrets enfouis dans sa démence, là ou sévit un tueur en série dont la façon d'écorcher ses victimes en rappelle une autre. La canicule assèche la ville, détrempe les corps et échauffe les esprits, les monstres se révèlent et le brasier qu'Iris croyait éteint va s'enflammer à nouveau dans l'objectif de son reflex.












Pourquoi ce livre ?
J’avais déjà lu du même auteur le roman Hématome que j’avais beaucoup apprécié. Lors d’un précédent club de lecture, l’un des participantes nous avait présenté ce livre et n’avait pas tari d’éloge à son sujet. Alors y voyant un encouragement à me rendre (une fois de plus) à la librairie, je me suis laissée tenter.


De quoi parle t-il ?
On suit le quotidien d’Iris Baudry, photographe de l’identité judiciaire, tant dans son quotidien professionnel que dans sa vie privée. Enfin ce qu’il en reste de sa vie privée… car des années plus tôt elle a perdu son fils, et n’est depuis plus qu’un automate qui semble vidé de sa substance.

Une petite lueur se réveille en elle le jour où elle est appelée sur une scène de crime, et dont la victime est un enfant. Un enfant qui semble avoir été la victime d’un tueur en série qui a sévit des années plus tôt. Un tueur en série qui lui a pris son fils…


Que penser de l'histoire et des personnages ?
On a l’impression d’être dans le brouillard qui entoure Iris, et qui au fil des pages va se dissiper non pas pour trouver la lumière mais pour retomber dans les ténèbres, dans SES ténèbres.

Les sentiments d’Iris sont le fil conducteur : son instinct de survie, son instinct maternel, son besoin de savoir coûte que coûte… Et l’histoire que nous découvrons au fur et à mesure nous semble impossible, et m’a laissée sans voix !!

J’apprécie l’aspect psychologique de ce thriller, mais également son côté cru, qui sans être trash, nous plonge dans un monde, celui des tueurs en série, qui à la fois nous fascine et nous fait peur.


En conclusion ?
Je savoure toujours autant la plume de Maud MAYERAS ; et une fois de plus elle m’a emmenée dans un tourbillon de sentiments, d’informations, de pistes, d’impasses, et je n’ai rien vu venir.

A lire, mais à la lumière du jour de préférence…




Extrait du livre
Une fois n’est pas coutume, je voudrais vous citer la dédicace, qui dès le départ m’a intriguée…

" A ma mère, qui a laissé entrer l’obscurité,
à l’homme de ma vie, qui a éveillé le monstre,
et à mon fils, qui l’a apprivoisé."

 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de votre commentaire, nous essayerons de répondre a tous le monde!