Les derniers Romans chroniqués




lundi 8 octobre 2018

[Chronique] Agatha Raisin enquête, Tome 8 : coiffeur pour dames





Parution le 2 novembre 2017
chez Albin Michel
 288 pages - 14 E
Série en cours




Pour toutes ses clientes, Mr John est un magicien : un coiffeur aux doigts d'or qu'elles adorent ! Mais, peu après avoir confirmé ses talents auprès d'Agatha Raisin qui voit poindre ses premiers cheveux blancs, Mr John meurt dans son salon, victime d'un empoisonnement, sous les yeux de la détective. Voici Agatha embringuée dans une drôle d'enquête. Qui en effet pouvait en vouloir à Mr John, adulé par ses nombreuses clientes qui lui confiaient leurs plus troubles secrets ?





Attention: Spoilers si vous n'avez pas lu le tome précédent.








Pourquoi ce livre ?
Je ne me lasse pas des aventures d'Agatha Raisin, qui me détendent après une dure journée de labeur.


De quoi parle-t-il ?
Agatha Raisin est une jeune retraitée qui se retrouve sans arrêts mêlée de près ou de loin à des meurtres. Dans ce roman, notre héroïne préférée décide de se faire coiffer par un célèbre coiffeur d'Evesham, qui est empoisonné par la suite.


Que penser de l'histoire et des personnages ?
Je viens de me rendre compte que les toilettes ont un rôle important dans les histoires de M.C. Beaton. C'est dans ce lieu où Agatha a entendu des bribes de conversation importantes pour l'intrigue et vécu également les situations les plus rocambolesques. D'ailleurs, je regrette un peu de ne pas retrouver plus régulièrement ce type de situation dans les tomes.
Le récit est émaillé de références historiques qui sont intéressantes, surtout parce qu'elles sont accompagnées des commentaires d'Agatha, qui n'ont rien à voir avec celles d'un conservateur de musée !!! . Le nombre en est bien dosé et le lecteur a la possibilité de passer outre sans problèmes s'il le souhaite.
Nous avons eu du mal à trouver le coupable. Il nous a fallu passer au crible toutes les victimes de M. John, le coiffeur, pour connaître la vérité. Celui-ci est sans conteste, comme tous les assassinés de la série, un homme détestable. C'est un escroc qui n'hésite pas à se servir des confidences de ses clientes pour leur soutirer de l'argent. Nous ne parvenons pas du tout à avoir de la peine pour son décès même si nous sommes curieuses de savoir qui est le meurtrier.

Agatha est fidèle à elle-même et...fidèle à nous les femmes et c'est pour ça que nous l'apprécions tant. En effet, qui, parmi nous, n'a jamais confié à son coiffeur les moindres détails de sa vie ? qui, parmi nous, n'a jamais regardé son reflet dans le miroir  d'un œil désespéré ? qui n'a jamais continué à espérer qu'un homme tombe amoureux d'elle tout en sachant que cela n'arrivera jamais ? Nous adorons également sa personnalité qui est pleine et entière et son langage sans fioritures. Et que dire sur son comportement exigeant et dur envers les autres ? Avouons-le, nous sommes choquées mais en même temps un petit sourire s'ébauche dans le coin de nos lèvres à cette lecture, n'est-ce pas ? Nous aimons aussi la façon avec laquelle elle reprend le dessus quand elle déprime. Pour ce livre, nous n'avons pas eu à lui remonter les bretelles !!
Charles, le baronnet, nous est de plus en plus sympathique, maintenant qu'Agatha a ouvert les yeux sur lui. Il a toujours les mêmes défauts mais ne s'en cache pas et c'est pour cela que nous n'avons plus envie de l'étrangler !

En conclusion ?
Ainsi, tout dans l'ouvrage, démontre qu'Agatha Raisin est un anti-héros. M.C. Beaton détruit avec humour les codes de la bienséance et de la morale avec brio et pour notre bon plaisir !



Extrait du livre

"- Merde, écoute un peu ça, ronchonna Agatha. Les succulentes frites du capitaine Crochet. Et la volaille de Barbarie servie avec des galettes de mais Long John toutes chaudes ?
Le dénommé Henry traînait toujours près de leur table.
- Et dire qu'i ly a ue une époque où on appelait un chat un chat et un poulet un poulet ! persifla Agatha.
- Actuellement, renchérit l'employé en pouffant de rire, on ne sert plus du "mouton" mais de "l'agneau".
- Bon, lui retourna Agatha sans aménité, vous allez arrêter vos simagrées et nous laisser un peu respirer. on vous sonnera quand on aura choisi.
- Mais je n'ai jamais...protesta henry d'un air pincé.

- Qu'est-ce que ça peut me faire si vous êtes toujours puceau ?  Allez, ouste, du vent.
- Aggie, observa Charles d'un ton égal, je crois bien que tu l'as vexé.
- Je m'en contrefiche, marmonna Agatha."




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de votre commentaire, nous essayerons de répondre a tous le monde!