Les derniers Romans chroniqués




mercredi 5 juin 2019

[Chronique] Miss Pérégrine, tome 4: La carte des jours





Parution le 17 avril 2019 
chez Bayard jeunesse
 628 pages - 17.90 E
One Shot




"Jacob Portman est de retour chez lui, en Floride, là où tout a commencé. Et cette fois, son rêve est devenu réalité : Miss Peregrine et les enfants particuliers sont à ses côtés. Ces derniers découvrent, fascinés, le monde moderne. Afin de faciliter leur intégration, Jacob est chargé de leur donner des cours de normalité. Au programme : plage, baignade, et leçons particulières.. Mais la découverte d’un mystérieux bunker dans la maison de son grand-père va tout changer. Persuadé qu’Abe lui a laissé des indices pour sauver des enfants particuliers isolés, Jacob entraîne ses amis sur les routes. C’est le début d’un jeu de piste dangereux, à travers un long périple dans l’Amérique d’aujourd’hui, territoire étrange, aux espaces parallèles peuplés de créatures d’un autre temps."












Si je devais résumer ce livre je dirais : différent. En effet, nous retrouvons Jacob dans une voiture en route pour la camisole et l'asile, embarqué de force par ses parents et oncles. Mais comme vous pouvez vous en doutez tout ne se passera pas ainsi. Car sans lui, point d'histoire à nous faire vivre.

De nouveaux ennemis, des alliés qui se perdront en chemin et d'autres qui apparaîtront, une mystérieuse et jolie demoiselle en détresse, de nouvelles boucles, et de terribles lois. Un passé qu'il va falloir appréhender et comprendre pour influer sur le futur afin de lui donner un goût d'espoir et non de terreur.

Je suis moins fan de ce tome que des trois précédents mais je suis curieuse de voir ce que donnerons les deux suivants. En effet, une note de l'éditeur sur le recto nous avertit déjà de l'apparition à suivre de deux autres épisodes nous permettant de suivre Jacob et ses amis dans une nouvelle aventure : la reprise du flambeau de Abe.


Extrait du livre

" Le passé est beaucoup moins terrifiant que le futur, nous a-t-il expliqué. Même l'époque la plus terrible du passé a l'avantage d'être connue. On peut l'étudier. Le monde y a survécu. Alors qu'au présent, il y a toujours le risque que la fin du monde arrive brutalement. " 

Depuis que j'étais petit, les gens normaux me déconcertaient. Ce besoin ridicule qu'ils avaient de s'impressionner les uns les autres, leurs ambitions médiocres, la banalité de leurs rêves. La façon qu'ils avaient de rejeter tout ce qui ne leur ressemblait pas, comme si ceux qui pensaient, agissaient, s'habillaient ou rêvaient autrement étaient une menace pour eux. Voilà pourquoi j'avais toujours été aussi seul. Je trouvais stupide ce que les gens normaux jugeaient important, et comme je n'avais personne à qui en parler, je gardais mes pensées pour moi. "
 


1 commentaire:

  1. Différent, oui. Je n'ai pas eu le coup de cœur que j'ai eu pour la première trilogie, mais c'est cool de retrouver ces personnages et cet univers.

    RépondreSupprimer

Merci de votre commentaire, nous essayerons de répondre a tous le monde!