Les derniers Romans chroniqués




mardi 7 avril 2020

[Chronique] The book of Ivy, tome 1




Parution le 5 mars 2016
chez Lumen
 341 pages - 15 E
Série en 2 tomes



"Au nom de quoi seriez-vous prêt à tuer ? A la suite d'une guerre nucléaire dévastatrice, la population des Etats-Unis s'est retrouvée décimée. Un groupe de survivants a fini par se former, mais en son sein s'est joué une lutte de pouvoir entre deux familles pour la présidence de la petite nation. Les Westfall ont perdu. Cinquante ans plus tard, les fils et les filles des adversaires d'autrefois sont contraints de s'épouser, chaque année, dans une cérémonie censée assurer l'unité du peuple.  Cette année, mon tour est venu. Je m'appelle Ivy Westfall, et je n'ai qu'une seule et unique mission dans la vie : tuer le fils du président que je suis destinée à épouser. L'objectif, c'est la révolution, et le retour au pouvoir des miens. Peu importe qu'un coeur de chair et de sang batte dans sa poitrine, peu importe qu'un innocent soit sacrifié pour des raisons politiques. Peu importe qu'en apprenant à le connaître, je fasse une rencontre qui change ma vie.  Mon destin est scellé depuis l'enfance. Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera. Née pour trahir et faite pour tuer... Sera-t-elle à la hauteur ? "













Je découvre cette auteure dans un genre tout à fait différent de celui du précédent livre (Les filles de Roanoke). On suit les aventures d’Ivy Westfall, petite-fille de celui que l’on surnomme le fondateur. 

Elle devra subir le sort des mariages arrangés comme tant d’autres avant elle… Mais ce mariage ne ne se fera pas avec n’importe qui: Bishop Lattimer, le fils du Président. 

A partir de ce moment là elle devra accomplir son destin, ce pourquoi elle a été entraîné: le tuer. Elle devra faire fit de ses propres convictions, sentiments, intuition… Car la mission qui lui a été confiée doit primer sur tout le reste.

Je regrette que cette dystopie, du moins dans son premier tome, reste trop centrée sur le personnage d’Ivy et pas assez sur le fonctionnement de cette société, sur l’histoire de cette ville. Peut-être que ces réponses se trouvent dans le second tome. 

De plus il m’a semblé que régulièrement on retrouvait les clichés de la romance avec une héroïne un peu naïve et prévisible. Je reconnais qu'il ne faut perdre de vue le fait que c'est un livre jeunesse. 

Une découverte intéressante, cependant Les Filles de Roanoke reste mon livre mon livre préféré de cette auteure et un vrai coup de cœur.



Extrait du livre

" Mais j’ai appris à la dure qu’on ne choisit pas la personne qu’on aime. C’est l’amour qui nous choisit, qui se fiche bien de ce qui est pratique, facile ou planifié. L’amour a ses propres projets et tout ce que nous pouvons faire, c’est le laisser agir à sa guise. "

***

"Lorsqu'on est conscient d'être manipulé, mais que ça fonctionne, peut-on encore appeler ça de la manipulation?"
 



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci de votre commentaire, nous essayerons de répondre a tous le monde!